Tag Archives: productivité

Comment écrire tous les jours : ma méthode radicale

6 Mar

L’art très complexe de se forcer à faire les choses.

Pour voir toutes mes vidéos c’est par là→ http://youtube.com/solangeteparle

 

 

Publicités

Mon Bullet Journal : l’outil qui change la vie

13 Sep
Rien ne sera comme avant. 

Une vidéo par jour en janvier (bilan à la moitié)

15 Jan

Il y a de la fatigue et aussi l’urgence de mes autres activités, mais je tiens encore.

Merci (ému, gros) de vos messages d’encouragement qui me font chaud au cœur suite à la dernière fois où je me suis trop épanchée.

J’essaie de prendre de la distance avec les réseaux, mais c’est dur. Je souffre de l’incompréhension du dehors, même si je sais rationaliser ; et j’ai ce cruel besoin d’envisager la réception des choses. Cet exercice quotidien réveille parmi vous les petits « inspecteurs de collège » et autres « contrôleurs de qualité » qui ne manquent pas de signaler que « le niveau baisse » ou que « je ne me suis pas foulée » ou que « telle chose vaut mieux que telle autre », etc. J’ai mal de ces certitudes à l’égard de mes objets, et ça me rend sombre. Mais oublions.

Il m’apparaît de plus en plus clair que la résolution portera des fruits. Se coltiner la peur du vide tous les jours et parvenir à la traverser comme on peut (pas toujours avec brio, mais quand même), tord le cou à pas mal de croyances ancrées profond. L’inspiration est une notion fumeuse, l’action guérit les angoisses, faire beaucoup trop vaut mieux que faire presque pas. J’ai envie de croire que j’avance avec vous.

N.B. : On m’a posé la question : lorsque je note que le tournage m’a demandé 2h, c’est installation comprise (environ la moitié du temps). La durée de rushes purs s’estime plutôt autour de 30 minutes par jour.

Le 8e jour, pour la première fois du mois, je tourne un truc dans la journée que je ne garderai pas. Je ne sais si c’est le choix du cadre ou du sujet, mais ça ne va pas. Le soir je profite de devoir manger quelque chose pour retenter. Ça se passe bien. Tourné 3h (dont 2 à jeter), monté 1h45.

Le 9e jour, je croule sous le travail pour la radio. J’ai cette idée de critique de « Get Lucky » en tête depuis le début du marathon, je sens que ça va être le bon jour. Je commence par des prises où je me trouve désagréable, j’essaie de m’adoucir et chanter m’aide à lâcher prise. Tourné 1h30, monté 2h.

Le 10e jour, le manque de récupération se fait sentir, je sors marcher, je cogite. Je m’y mets finalement le soir, je parle soin et beauté, ça ne plaira pas à tout le monde. Tant pis. Tourné 1h30, monté 2h.

Le 11e jour, je me plie à la demande spéciale de ma maman, ce qui fait deux vidéos de suite où il est question d’art de vivre. On me le fait sentir. Je regrette un peu. Tourné 1h30, monté 4h.

Le 12e jour, c’est les vacances, vous avez travaillé pour moi, je n’ai qu’à me laisser entraîner où vous voulez : c’est drôle, ça fait du bien. Tourné 1h15, monté 3h.

Le 13e jour, j’ai envie de m’effacer. Je repense au plan de girafes de Solange te parle ACCOUPLEMENT. Je reprends le même cadre et je m’attendris devant de gentilles créatures poilues. Tourné 1h15, monté 2h45.

Le 14e jour, je le prépare depuis une semaine. J’ai pris rendez-vous. Je m’étais dit que c’était l’occasion de recevoir des invités ce mois-ci, difficile de savoir qui. Est-ce que je me parjurerais ? Avec Paul-Marie il n’y avait aucun risque. Nous nous retrouvons à Barbès pour fureter les arrivages de Guerrisol. J’appréhende, évidemment, je ne sais pas trop comment mener la barque, et au final la forme en pâtit un peu, mais nous nous amusons vraiment (je pense). Tourné 3h, monté 3h30.

Le 15e jour, la vie prend trop de place, je suis en manque de cinéma. La vidéo servira donc de récréation. Tourné 30min, monté 3h.

J’écris tout ceci pour me souvenir, peut-être que je suis trop critique.
Retenons surtout que nos retrouvailles sont amusantes.
À demain,
Solange/Ina

P.S. : Pour ceux qui l’aurait ratée, il y a eu cette interview de 40 minutes chez Marie Richeux sur France Culture. C’était vraiment doux d’y être en compagnie de Sophie Calle, Chantal Akerman et Bjork.

Une vidéo par jour en janvier (bilan de la 1re semaine)

7 Jan

Déjà sept vidéos postées. Je réussis à tenir. Les cinq premiers jours ont été idylliques, une joie que je n’avais plus connue depuis longtemps. C’est un principe redoutable pour la motivation que de se lever avec une idée et de se coucher le soir avec l’objet fini. Mais cette excitation m’aura empêché de bien dormir et manger si bien que j’ai un peu craqué dernièrement, des larmes de fatigue nerveuse.

Youtube n’est pas un médium encore bien défini, encore largement méprisé et pas très fréquenté de ceux qui pourraient réfléchir sur lui. On a du mal à dire ce que c’est : du divertissement ? de la télé-réalité ? du vide ? de l’art-non-mais-tu-n’y-penses-pas ? Il y a une telle proximité, une presque égalité entre le producteur et le consommateur, que parfois j’ai le sentiment que mon employeur n’est autre que cet anonyme qui m’écrit qu’il est déçu, que je suis insignifiante et qu’il faudrait m’abattre. Un message dur pour dix très doux, c’est à peu près ce ratio. J’en arrive à la conclusion qu’il faut arrêter de tout lire, donc ne plus rien lire du tout parce que le malin est toujours tapi quelque part et qu’il m’anéantit profond.

Le 1er jour, c’était léger. Ce cadre était très confortable, il y avait de la lumière, c’était ma rencontre avec une nouvelle optique. Tourné 2h et monté 2h.

Le 2e jour, j’ai peiné. Je n’avais rien à dire, je trouvais tout vain, j’ai appelé au secours, j’ai essayé de faire avec mon désarroi et finalement ça a marché. Tourné 2h et monté 3h.

Le 3e jour, j’étais sur un nuage. Je me suis franchement amusée et dépensée, c’était l’enfance quand on joue et oublie l’heure qu’il est. Tourné 2h et monté 4h.

Le 4e jour, j’ai eu l’impression de perdre Solange. Et puis non, on s’en fout. C’était la première fois que je donnais un vrai conseil, que je mettais sincèrement à disposition d’autrui un outil utilisable. (C’est la vidéo la plus vue pour l’instant.) Tourné 2h et monté 4h.

Le 5e jour, c’était le terrain de jeu de nouveau (comme le 3e). Abandon, dépense, effusion. Le climax de cette semaine. Très émue de me voir libre et légère. Tourné 1h30 et monté 4h.

Le 6e jour, la fatigue s’est réveillée. Je me suis choisis un cadre et laissé les parents faire le reste. Tourné 1h30 et monté 3h30.

Le 7e jour, gros craquage. Mauvaise nuit, fatigue intense, sensibilité extrême aux mots d’internet. Je pleure, je dors, je prends un bain. Tourné 45min et monté 3h.

Encore trois grosses semaines. Garder le cap. Ça va être épique.
Heureusement que tu es là.

À demain,
Solange