Exclue du groupe

10 Oct

Comment j’échoue à affronter l’inconnu.

Advertisements

25 Réponses to “Exclue du groupe”

  1. yoan vandevelde 10 octobre 2016 à 22:13 #

    ma phrase d’intro favorite, c’est la Numéro 5 !!!!!
    Sinon j’espère que ton « pot » c’est bien passé, courage !!!!!

  2. bertfromsang 10 octobre 2016 à 22:59 #

    un secret pour un pot réussi (ou pas…) arriver déjà saoul(e)

  3. Aire_Azul 10 octobre 2016 à 23:12 #

    Bonsoir! L’option 6 me semble bien, parce qu’il y a la petite maladresse « chrono… euh… »
    Et puis, pourquoi ne pas rencontrer les gens autrement qu’en commençant par la parole? Un geste, un regard, un verre tendu, proposé, les cacahouètes qu’on ramasse à trois ou quatre parce qu’elles ont glissé, et tant d’autres « moments de rencontres » sont une bonne chose. Je suis moi aussi dans mes maladresses, même si je ne les aime pas. Et en me souvenant, je crois que c’est en commençant par une maladresse, un acte trop « risqué » que j’ai rencontré nombre de personnes avec qui j’ai échangé, parfois longtemps, parfois encore aujourd’hui. J’espère que votre pot s’est bien passé!

  4. Jill 10 octobre 2016 à 23:25 #

    Comment ça s’est passé?
    Nouvelle classe, nouveau stage, nouveau job voire nouveau voisinnage…chaque rentrée c’est la même chose, on part résigné, pessimiste. On se dit qu’on ne sait pas faire, qu’on ne sait pas être.
    On se roule dans un édredon de pessimisme qui nous protège de nos cauchemars. Pourtant, on finit par se surprendre à échanger un regard complice, à rentrer en connivence avec une autre âme dont la maladresse nous a parlé.

  5. (>^¤^ 11 octobre 2016 à 01:59 #

    Solange et sa touchante perplexité face aux rituels humains 🙂
    Oui la 3, ça le fait ou la 7, à partir de « je m’appelle Solange… »
    Entretemps je suis sûr que le sens des aiguilles d’une montre t’es revenu.
    Soutien, bienveillance et tarte à la Cassonade.

  6. O. 11 octobre 2016 à 05:39 #

    Pot d’intégration et de désintégration en même temps 🙂
    En tout cas, l’inconnue que tu es (Solange/Ina) réussit très bien à « parler » à l’inconnue que je suis et à pas mal d’autres apparemment. Quelque chose me touche ici et m’interpelle, dans beaucoup d’autres vidéos aussi. Est-ce que ça « ne peut être qu’inutile », ici comme dans la dite « vraie vie »? Qui sait?
    Solange/Ina me parle(nt). Elle(s) me parle(nt) un peu d’elle(s), un peu de moi et de chacun de nous plus ou moins. J’aime beaucoup.

  7. Aline 11 octobre 2016 à 07:51 #

    Je me reconnaît dans ce genre de situation! Une semaine est passée depuis alors tu as du t’en remettre et aussi, je voudrais que les cours te plaisent et que tu t’y sente à ta place!
    Je ne comprends pas ce besoin de s’intégrer tout de suite. J’ai forcé les choses une fois, j’ai joué un rôle et emprunter une personnalité qui n’était pas la mienne et cette année la a scolairement et socialement été chaotique, épuisante. Il vaut mieux peut être laisser faire le temps, rentrer en contact quand sera venue le moment propice. C’est un peu moins superficielle que nos soirées d’intégrations.

  8. philippe 11 octobre 2016 à 08:29 #

    bah,ca vas passer,bisous solange.

  9. mel 11 octobre 2016 à 09:13 #

    Comment ça cest passé ?
    Perso je demande direct  » toi aussi on t a forcé à venir ?  » ou  » est ce que toi aussi tu veux t enfuir ?  » ou  » cest moi, ou ils sont tous moches ?  »
    PS, c est très très narcissique 😄…

  10. grandjean-damour 11 octobre 2016 à 09:16 #

    Je t’invite à écouter cette femme et à prendre soin de ton enfant-toi. Trouves toi des astuces moyens pour que tu aies des repères, des éléments qui te rassurent. Prends l’initiative de servir le jus d’orange pour être dans l’action. Sois bienveillante avec toi-même, Ne te fais pas violence si tu as peur.
    Sonde toi et regarde avec qui tu sens une attirance pour pouvoir être intègre à toi-même.
    Tu en parles dans ton film, de ce rapport au monde.
    Maintenant tu es au Fresnoy, pour expérimenter, approfondir des façons de voir le monde. pas pour changer ta personne, ton être.
    C’est le début de quelque chose, si tu as peur, écoutes là et accepte là.
    Les humains sont en général sympas surtout au Fresnoy, observe, tu n’es pas obligé d’être actrice. c’est le début, regarde ce nouveau monde, explore le sujet de la rentrée, de l’intégration.
    Fais un pas de côté, ou filme de très près.

    Chaque pas est un apprentissage.
    Pas de jugement, juste de l’amour pour soi et les autres.

  11. Martin 11 octobre 2016 à 10:18 #

    Ouais, mais nous on t’aime.

    Tu es adorable dans cette vidéo!

  12. Hugues 11 octobre 2016 à 11:43 #

    Et pourquoi pas « bonjour, moi c’est Solange! et toi? » et ensuite laisser venir l’autre sans rien en attendre?
    Dans la relation humaine, on n’est déçus que si on attend quelque chose de précis de l’autre. n’attendre de l’autre que l’infinie surprise de lui même c’est le meilleur moyen d’être amical.
    Règle numéro 1 : vous mettez trop d’enjeu dans la rencontre avec l’autre, n’attendez rien de lui et quoi que vous obteniez, ce sera une divine surprise!

  13. Le Matou69 11 octobre 2016 à 13:26 #

    Solange et sa touchante perplexité face aux rituels humains 🙂
    Voui la 3, ça le fait ou la 7, à partir de « je m’appelle Solange… »
    Entretemps je suis sûr que le sens des aiguilles d’une montre t’es revenu.
    Soutien, bienveillance et tarte à la Cassonade
    (>^¤^<)

  14. Thibault 12 octobre 2016 à 02:04 #

    Bonjour Solange
    Je voterai plutôt pour la 3. Peut-être un peu mélangé avec la 5.
    A vrai dire il y a du bon dans toutes les options, désoler ça ne t’aide pas de dire sa.
    Le mieux c’est peut-être de rester simple, un truc du genre :
    Bonjour moi c’est Solange, je suis contente d’être ici et de te rencontrer.
    Ensuite pour finir tu peux dévoiler un peu ta personnalité en disant par exemple :
    Excuse moi, je ne suis pas très à l’aise quand je rencontre des gens mais ça va aller, n’hésite pas à venir me parler.
    Oui voilà, un truc simple comme ça.
    Mais ne t’inquiète pas trop, tu es une fille bien et gentille.
    C’est ça l’important et tes camarades s’en apercevront.
    Ne te prend pas trop la tête.
    Bisous

  15. Guern 12 octobre 2016 à 20:00 #

    Cette vidéo m’a fait beaucoup rire…Ça fait 65 ans que je suis comme ça et je n’ai toujours pas trouvé la solution. Lire les commentaires m’a particulièrement amusée, surtout celui de « grandjeand’amour » !!! Rien que le pseudo vaut son pesant de cacahuètes. Bon, je ne suis pas allée jusqu’à regarder la vidéo

  16. yoan vandevelde 12 octobre 2016 à 20:51 #

    On est mercredi, c’était aujourd’hui ta présentation devant tout le monde !!!!!!
    Comment ça c’est passé ???
    Au final, tu as choisi quel intro ???

  17. Virginie 13 octobre 2016 à 08:23 #

    Bonjour Solange,
    Je suis comme toi : je ne sais pas m’y prendre en groupe. En observant bien comment je me sens en groupe, j’ai pu remarquer que je m’ennuie avec la plupart des gens, je n’ai pas les mêmes codes, et je me plais dans les conversations profondes et pacifiques. De plus je suis très empathique, très observatrice, très compréhensive. J’ai fini par en faire mon métier, je suis psychothérapeute, métier qui m’épanouis pleinement. J’ai choisi de développer mes capacités réelles et de laisser tomber ce qui peut paraitre un défaut, une incapacité à m’adapter, car en réalité je m’adapte très bien aux gens : la preuve, je peux les comprendre en profondeur, comprendre qui ils sont et pourquoi ils agissent comme ils le font. J’ai toujours été ainsi.
    Comme le disait Françoise Dolto : développez les qualités des enfants plutôt que de vous acharner à changer leurs soi-disant défauts. On peut en faire autant avec soi, une fois adulte.
    Quand je suis en groupe, ce qui reste rare, je conserve mon attitude naturelle : j’écoute, je m’intéresse aux gens, je me place dans mon centre à moi, dans ma douceur.
    Bon courage, chère Solange !

    • Thibault 14 octobre 2016 à 02:29 #

      Bonjour Virginie
      Cela ma fait plaisir de lire ton commentaire qui est plein de vérité.
      Parfois on peut se trouver un défaut qui cache en réalité de grande qualité. Je vous embrasse toutes les deux, Solange et toi.
      Bisous

  18. lea 14 octobre 2016 à 00:34 #

    Bien mince, toi qui est un rayon de soleil lunaire, une capsule de découverte … On pourrait croire (pardon, ou du moins, tu me donnes le sentiment absolu ici) que si tu parles aux autres c’est avant tout pour Toi, pour ce que tu te procures à toi-même et l’image que tu te construis de toi, et non pas pour l’échange et la rencontre.
    Le problème n’est peut être pas la forme mais l’intention non ?
    Belle rentrée à toi

  19. Hélène 14 octobre 2016 à 15:49 #

    J’aime la version 5.
    Et j’aime le commentaire de Virginie. Dans le même veine, je te conseille de ne pas te voir comme un problème mais plutôt comme détentrice d’une certaine vérité, une solution, et de garder ton cap, droite dans tes bottes et ouverte à autrui. Tu n’as pas de problème mais pourtant tu te vois comme un problème. Pourquoi te polluer avec ça ?
    De mon point de vue, tu es très bien et tu as un comportement normal.
    Hélène

  20. O. 14 octobre 2016 à 21:30 #

    La meilleure version, c’est la 8 d’après moi. C’est celle qui n’est pas sur la video, celle qui aura peut-être été un peu / pas mal répétée et qui forcément n’aura été ni la 1, ni la 2, ni la 3, la 4, la 5, la 6, ni la 7 non plus, celle qui aura déjoué tes attentes, tes répétitions, pour être plus… ou moins… celle qui te fera sourire ou soupirer « ohlala… » en y repensant. La meilleure, c’est celle qui a été. Je vote pour celle-là 🙂

  21. CD 16 octobre 2016 à 12:50 #

    Je compatis, je suis dans le même genre… La première chose que je fais c’est voir s’il y a des gens qui me ressemble dans leur façon d’être : c’est déjà un bon début si tu arrive à venir jusqu’à eux ! Ensuite, il y a toujours de quoi parler : 1-Le cours/le prof (à son voisin de table par exemple) 2-De l’autre. Parler de l’autre est généralement plus simple (je trouve) : un compliment sur la veste, les chaussures, un « et toi, pourquoi tu as choisi cette classe ? ». Reste naturelle ! Les amitiés qui durent sur plusieurs année ne m’arrive qu’au trois quart de l’année 🙂 Mais en attendant, il faut essayer de rester ouvert, parler aux gens quand il t’en donne l’occasion, sourire, ne pas se mettre à la place du fond mais plutôt à coté de quelqu’un en lui demandant gentiment. Essaye de nouvelles approches, teste ! Ce n’est pas un dialogue confus qui vous brouillera à jamais ! Pour « l’aspect cool », je te rassure, il ne fait pas loi partout et chez tout le monde, il y a toujours des personnes qui te verront pour ce que tu es et non pas pour la norme.
    Je sais à quel point c’est difficile à chaque fois : on a l’impression que même si on fait des efforts, ça ne marche pas ; on se demande qu’est-ce qui cloche chez soi…
    Et oui, on est différent et ça sera jamais facile. Mais c’est ce qui rends la réussite encore plus belle ! Il n’est jamais trop tard pour essayer, petit effort par petit effort, tout en restant toi même, c’est-à-dire que tu ne deviendra jamais la fille cool de la classe mais tu peux devenir la fille à l’air timide mais super sympa quand on commence à la connaitre.
    Je te souhaite bonne chance et plein de courage ! Pense que tu n’est pas seule 😉

  22. Poiloné 26 octobre 2016 à 10:49 #

    J’ai déjà ressenti ce genre de chose. C’est difficile à définir. J’appellerais cela un manque de sens dans les interactions sociales, une couche de verni inutile, une situation floue où l’on ne sait trop comment s’en sortir et un besoin de placer des mots/phrases clés, sorte de liant social nécessaire mais ayant un gout d’hypocrisie.

    Un livre de socio décrit cela avec justesse et m’a aidé. Depuis sa lecture je ne vois plus ces interactions sociales comme quelque chose de forcement pénible et hypocrite mais comme une nécessité pour faciliter les échanges et rencontres. Ensuite c’est à chacun de revenir à la simplicité et l’authenticité avec des personnes choisies. De plus c’est un livre de socio très accessible utilisant des extraits littéraires pertinents pour illustrer les concepts.

    Référence : ‘La mise en scène de la vie quotidienne’ Tome 1 (la présentation de soi) de Goffman – https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mise_en_sc%C3%A8ne_de_la_vie_quotidienne

  23. Ileana 2 novembre 2016 à 23:20 #

    Moi je serais venue te parler parce que tu as l’air bienveillante et bizarre, mais bon comme je suis très très loin et que j’vais pas à l’école je parle ici.
    Voilà j’ai fini

  24. masala 17 janvier 2017 à 15:00 #

    Oh là là Merci. Merci vraiment de décrire ces situations avec autant de précision et de justesse… Je déteste aussi être en groupe et ce genre de truc, et tout ces moments où on ne sait pas quoi dire, qui mettent mal à l’aise, et où on voudrait être partout sauf ici dans ce corps avec ces gens… et en fait je te trouve tellement fabuleuse et touchante et pleine de vérité dans cette video, à assumer cette espèce de vulnérabilité (qui n’en n’est pas? C’est une force d’être authentique et de pas faire semblant) et de cette si belle et poétique et douce maladresse, que du coup cette video (et toutes tes videos en général) m’aident à m’aimer un peu plus et à assumer qui je suis. Et à rester pleinement qui je suis même si je me juge et blablabla. Alors vraiment MERCI.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s