Riviérophile

14 Juin

Racolage actif en milieu aqueux.

13 Réponses to “Riviérophile”

  1. yoan vandevelde 14 juin 2016 à 19:41 #

    n’aimant pas vraiment voyager, et, étant parisien, le seul « point d’eau » a qui je pourrais « faire l’amour », ce serrait la Seine………….
    comme j’ai pas envie de me chopper un virus mutant, je crois que je vais m’abstenir !!!

    Mais merci pour cette vidéo, j’ai beaucoup rigolé !!!

  2. Jean-Claude Matthys 14 juin 2016 à 20:36 #

    Très jolie, cette communion intense, et malicieusement coquine, avec l’eau bruissante et pénétrante, toujours en mouvement, la solidité toute chaude de la roche toute lisse, avec la Nature, sans autre intermédiaire.

    Et ce discours tout simple, typiquement solangien, audacieux mais toujours de bon ton (vraiment rien de « porn » évidemment, mais tendrement érotique et sensuelle), qui coule, lui aussi, sur nous, comme la rivière.

    Solange, rivièrophile, mais aussi amie de ses abonné(e)s, qu’elle ravit, et auxquel(le)s elle s’offre gentiment, tout doucement, sans avoir l’air d’y toucher.

    Merci beaucoup, Chère Solange, surprenante et si « touchante », Ange de notre plaisir !

    PS Je me demande, en telle vidéo, qui vous filme si joliment ?

  3. Michel Chevalier 14 juin 2016 à 20:42 #

    C’est l’boutte du boutte, là…là, chère !

  4. denis hamel 15 juin 2016 à 09:33 #

    bonjour solange,

    j’ai trouvé ta vidéo intéressante. cela m’a rappelé une séquence du film « oncle bonmee » de apichatpong weerasethakul, dans laquelle une princesse asiatique fait l’amour avec un esprit de la rivière. j’ai moi-même évoqué les « filles des eaux » dans certains de mes poèmes :

    40 ans : bilan d’un homme seul

    les racines de ton karma se roulent
    autour de ce que tu es libre de faire
    en ne le faisant pas et restant silencieux
    à la table de travail faiblement éclairée
    faiblement tu notes la mort des oiseaux
    et la décomposition des amitiés qui perdurent
    dont il ne restera que du sable
    ta part de liberté tu l’as laissée fanée
    sur les comptoirs des pharmacies tardives
    entre ciel de coton et patte de velours
    tu refuses à-demi de prendre part au festin
    et ce refus porte le masque de l’abandon
    les produits qui t’abîment et te rendent plus faible
    font un habile vieillard de ton corps fatigué
    mais les lampes orangées ne te quittent jamais
    la nuit fraîche et lunaire dans le lointain du parc
    la peur entièrement bue dans les ravins passés
    tu sais que les dés sont jetés et jamais
    ne laisseras plus tes ailes inexistantes
    effleurer le souffle d’un autre continent
    la gamme fleurit spiralée en modes orientaux
    qu’égrènent le sitar dans les après-midi
    mornes mondes rappelant l’avant de la parole
    alors oui cette table travaillée de ta peine
    est la seule compagne de ton front vacillant
    et la persévérance des halos te sera plus heureuse
    que le sourire sournois des filles des eaux
    perdu dans une mémoire que tu ne comprends plus

    *

    la grande santé

    œil de corbeau noir sur blé jaune
    la mauvaise solitude est repliée dans ses quartiers
    pleins de noisettes pour l’hiver rude
    et de la mousse (qui est le pelage des pierres)

    les sources souterraines portent les sédiments
    et drainent leur amour aux racines des arbres
    souple lumière des soleils embrasse les corolles
    la sylphe effarouchée s’accroche à son rocher

    les saules se désolent de leur passion restreinte
    laissant à la grenouille les odes de plaisir
    dans le soir personne ne s’ennuie ni ne pleure
    les temps savants des vieilles cités

    bises
    denis

  5. Micca nome 15 juin 2016 à 14:45 #

    Je suis d accord, faites l amour aux rivières, mais chez vous. Les poissons corses, dotés d un QI supérieur à la normale, ont subi un réel traumatisme en entendant de telles choses et en voyant un maillot aussi laid…🙃🙂🙃🙂🙃🙂🙃🙂

  6. moi 15 juin 2016 à 20:55 #

    … et faites l’amour eux rivières, mais ramassez vos capotes usagées après,
    parce que oh hé hein bon!

    • yoan vandevelde 16 juin 2016 à 08:07 #

      évidemment…….c’est la moindre des politesse !!!

  7. Martin 20 juin 2016 à 04:39 #

    Si tu cherches une idée de film pour tes bilans culturels, je te suggère de regarder Asphalte de Samuel Benchetrit.

  8. Guillaume 22 juin 2016 à 09:06 #

    Merci Solange pour cette vidéo géniale. Superbe idée comme thème. Il n’y a que toi pour trouver des idées aussi originales . Et pour ceux qui n’aiment pas ton maillot ce n’est pas grave car dans ce cas ce n’est pas le maillot qui te met en valeur mais ta beauté qui met en valeur ton maillot ! Bises. Guillaume

  9. sergebrosseau 26 juin 2016 à 23:48 #

    La Truite aurait été dans son élément.

  10. gougnafier 3 juillet 2016 à 03:25 #

    Bonjour Solange,
    Pourquoi avoir choisi cette image pour illustrer la vidéo ?
    Sinon, rien à voir, mais, accepterais-tu de me donner ton avis sur :
    – les films de Peter Greenaway
    – le fait de choisir d’avoir des enfants

    Au plaisir de te croiser

  11. Poiloné 5 juillet 2016 à 21:26 #

    Aucun poil ne dépasse du maillot, serait-ce un début de renoncement?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s