NO LIFE

26 Oct

Jérémie gâche sa vie, dit-il (et moi je la trouve belle).

40 Réponses to “NO LIFE”

  1. Adrien 26 octobre 2015 à 22:14 #

    Solange, tes vidéos sont un petit bonheur à chaque fois… Tout ce que dont tu parles, tout ce que tu dis, la vision des choses que tu as… C’est pur. Ca me parle. Comme une résonance à un truc au fin-fond de moi. Un truc qui semble appartenir à une autre vie lointaine, venue du fin-fond des âges. Mais toi, tu as le mérite de l’exprimer. Moi je cache tout ça. Et je me rend compte qu’il est possible de le laisser sortir. Alors merci.

  2. Tia 26 octobre 2015 à 22:56 #

    #JesuisJérémie. Tout va bien. Tout est bien puisque tu es « toi »et je suis « moi »!!!

  3. Sophie 27 octobre 2015 à 09:01 #

    Mais c’est quoi en fait ton idéal de vie? La vie des autres ou bien ta vie ,vue par les autres? Là tu ne vis pas  » une » vie mais la tienne. Elle est singulière…et alors? C’est parfait ça !

  4. sanvalet 27 octobre 2015 à 09:48 #

    Magnifique, cette vidéo… merci…

  5. Clémentine 27 octobre 2015 à 11:55 #

    Solange, Jéremie, vous me donnez du courage.

  6. sergebrosseau 27 octobre 2015 à 17:46 #

    http://lyricstranslate.com/fr/corsica-la-corse.html#ixzz3pmtNHUT6

    La Corse (Corsi Ca)

    Dans un recoin du monde
    Il est un petit coin de tendresse
    Qui dans mon coeur, majestueux
    Embaume de puret
    Joyau de merveilles
    N’en cherchez pas de semblables
    Vous n’en trouverez pas de pareil
    Elle est unique, seule et chérie

    Corsica

    Il fait toujours tellement envie
    Ce rocher dans la mer
    Trésor étincelant
    Sacré comme un autel
    Calme, douce comme un agneau
    Généreuse et accueillante
    Elle se révolte et se rebelle
    Si l’on méprise les siens

    Corsica

  7. Livia 27 octobre 2015 à 23:10 #

    Jéremie, (et Solange), merci pour cette vidéo qui m’a fait du bien dans un moment très gris. Je vais la garder longtemps en mémoire. Maintenant quand tu es triste tu peux penser qu’on est triste ensemble. Et c’est un détail mais tu es très beau.

  8. Linael 28 octobre 2015 à 09:32 #

    Bonjours Solange…. et merci à toi et à Jéremie pour cette vidéos qui m’éclaire dans le bazar de mon cerveau en ce moment je suis triste je suis toute vide et toute morte du dedans ma seule obsession et mon avenir qui est foutu, parce-que je ne suis pas aller dans un lycée avec l’option théâtre… que j’ai mal choisit.. j’aurais du foncer dans ma passion, mais pourquoi faire ? Pas y arriver me retrouver à livrer des Pizzas…. ou dans la rue, à galérer…
    J’ai choisis une autre solution mais j’ai quand même l’impression que je n’y arriverais pas, je suis pas assez intelligente pour réussir à aller à la fac… J’aurais jamais assez de courage… J’ai peur de me tromper, donc je reste dans ma bulle de coussin à me morfondre et à me poser des question. des personnes comme moi ça existe un peu, ça fait du bien d’entendre ce qu’on arrive pas à s’avouer ou à se dire….

  9. Tanaquil 28 octobre 2015 à 23:24 #

    Je le trouve touchant, Jérémie, avec son sourire et son absence d’artifices.
    D’où ça vient, ce besoin profond de mériter ce qu’on a, et la culpabilité qui s’ensuit ? Ce sont des sentiments qui m’étouffent aussi, et pourtant on se retrouve tous jetés dans un monde qui n’est pas à notre mesure et dans lequel il faut se contraindre pour trouver une place. Parce que tout est marchand, on s’interroge sur notre valeur, on se sent des dettes pour les bienfaits qu’on reçoit, alors que faire honneur à un cadeau, ce serait plutôt reconnaître et accepter son caractère gratuit.
    Je pense que Jérémie n’a pas besoin de gagner sa vie, elle est là, c’est tout, sans soucis de rentabilité ni crainte de gâchis. Comme le soutien de sa famille.
    Et puis la bienveillance est plus répandue qu’on ne le pense, même si internet ou la cour du lycée ne sont pas ses lieux d’expression privilégiés.

    (Merci pour tes vidéos Solange.)

  10. Kay 28 octobre 2015 à 23:37 #

    A 6’49 » tu dis qu’il n’y a aucune garantie sur l’avenir mais j’ai l’impression que Jeremy a d’énormes garanties au contraire. Je pense bien que les centaines de migrants qui arrivent de Syrie aimerait bien avoir le dixième des garanties qu’il a. Surtout la garantie maman vient t’apporter à manger si tu as besoin… et même quand il n’a pas besoin j’ai l’impression.
    Voilà ce qui se passe quand on cadre les gens à l’école, à la maison, partout. Ils finissent par être bien gentils, à faire tout ce qu’on leur dit de faire… et quand on ne leur dit plus ce qu’ils doivent faire, ben, ils ne font rien. Ils sont incapable de prendre une véritable initiative.
    Tu n’as rien à voir avec ce garçon Solange. C’est un malentendu.

    • Moiaussi 25 novembre 2015 à 04:08 #

      « Surtout la garantie maman vient t’apporter à manger si tu as besoin… et même quand il n’a pas besoin j’ai l’impression.
      Voilà ce qui se passe quand on cadre les gens à l’école, à la maison, partout. Ils finissent par être bien gentils, à faire tout ce qu’on leur dit de faire… et quand on ne leur dit plus ce qu’ils doivent faire, ben, ils ne font rien. Ils sont incapable de prendre une véritable initiative. »

      Pardon mais ce n’est pas si facile… et je pense savoir de quoi je parle puisque je suis exactement dans sa situation, à un moindre degré peut-être, mais j’ai aussi des parents qui ont toujours été présents pour me soutenir, et c’est également le cas pour aller faire les courses, tout simplement. Parce que quand on a pris l’habitude de rester enfermé, seul chez soi, ça devient très difficile d’en sortir. S’il en est là, c’est parce qu’il se laisse mourir. Bien sûr qu’il est dépressif. Il ne connaît ni bonheur, ni joie ni plaisir dans ce monde, il ne se connaît que lui-même, ses idées, et il tourne en rond depuis longtemps. Il tue le temps. C’est une forme de suicide, passif, presque lâche, que de ne plus se nourrir. Parce qu’on s’en fout. De tout. Parce que quand on a faim il est plus facile de fumer quelques cigarettes et de focaliser son attention sur son PC que de se bouger, s’habiller, se préparer à sortir. Mais tu critiques la réaction des parents, comme si ça résoudrait tout. Mais non, la solution que tu proposes fonctionne avec des gens qui sont psychologiquement parfaitement sains, qui ont des réserves d’énergie. Pour de nombreuses personnes, dont moi, dont Jérémie, ce n’est pas si facile.

      • Kay 26 novembre 2015 à 17:33 #

        Je ne dis pas que c’est facile. Heu… attend… non j’ai vérifié. Parfois, je dis des conneries.😉
        Je ne dis pas que c’est facile. Je dis que rien ne l’a éduqué à se découvrir, à se différencier.
        Dans les jeux vidéos, il est comme les autres. Il perd sa personnalité et se fond dans le groupe. C’est bon de se fondre dans un groupe. Il y a une symétrie qui rassure. Tous les joueurs jouent tous avec les même règles et tous sont récompensés équitablement par la machine.
        Vous avez tous choisi la pilule bleue.
        Je dis qu’aucun être humain ne devrait avoir à vivre sans problèmes. Cette petite prison du bonheur sans envergure, c’est juste inhumain. Moi si un de mes fils faisait ça je deviendrais fou et je détruirais toutes les pilules bleues de l’univers. Quitte à devenir Dark Vador et à lui dire… enfin, bref. Je m’égare.

  11. Ln 29 octobre 2015 à 08:50 #

    il me touche beaucoup ce film. Je suis plus âgée, j’ai 37 ans, j’ai passé aussi cet état « contemplatif » où on s’interroge. Cependant, je ne me suis jamais sentie « enfermée par mes doutes » ou « limitée » par mes doutes au point de ne plus pouvoir en sortir….

    oui mais « comme il est », il souffre non? C’est une dépression cet état? ….

    Il n’y a jamais de garantie dans la vie, ce serait chiant!! Je suis d’accord qu’il ne faut pas se cacher, mais je ressens une souffrance chez lui… il ne faut pas rester dans cet état…Il n’est pas « comme ça ». pourquoi le considérer dans cet état comme un état éternel? On change tous les jours, il peut tout faire Jérémie, c’est un bébé encore!! Tout est possible pour lui!!! Et puis toute la vie, toute la vie on cherche, on se casse la gueule, on se relève…. c’est ça qui est bon!

    Franchement, j’aurais envie de le prendre dans mes bras mais aussi de lui donner des coups de pieds au cul pcque franchement, tout est possible! Jérémie, tu es le Maître de ton monde!!

    Et puis, quand on est jeune on a peur « de se tromper », on a peur du jugement des autres, mais il n’y a pas de règle. J’ai envie de dire « fais ce qui te motive », mais ne passe pas ta vie à souffrir de ne rien faire, de peur de « te tromper »… et si tu kiffes le jeux video, que tu as une âme de solitaire que tu n’as pas besoin de gagner de l’argent … PROFITES en!! Il n’y a pas de mal à être bien!

  12. Vincent 31 octobre 2015 à 12:13 #

    Courage Jérémie. Beaucoup de gens se sont sentis/ se sentent comme toi régulièrement (moi le premier). Envie de donner ta vie pour les autres mais ne pas savoir comment faire. C’est noble. (je trouve ça un peu Tu as l’air d’un mec bien. A partir de là, je pense qu’il y a plein de gens dehors qui sont prêts à te soutenir et à te donner les moyens de te consacrer aux autres. C’est vrai que c’est horriblement dur de les trouver. Mais en faisant ce qui te plaît, tu devrais finir par tomber sur eux. ^^
    (merci Solange!!)

  13. sergebrosseau 31 octobre 2015 à 13:06 #

    Autre roman pour « adulescents » de John Green.
    (Nos étoiles Contraires, Qui es-tu Alaska?)

    La face cachée de Margo

    Quelques citations:
    « … »
    « … »
    « … » 
    sans trop dévoiler …
    « … alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouv… »
    « … »
    _________________
    J’ai la curieuse impression que ce roman arrive(rait) pile dans le vie de Jérémie.
    _________________
    Extrait des remerciements de l’auteur:
    À mes parents S et M Green. Je n’aurais jamais pensé que je vous dirais cela un jour mais : merci de m’avoir élevé en Floride.

  14. Volute 1 novembre 2015 à 17:53 #

    Jérémie et Solange, vous êtes de grandes et belles personnes. Merci à vous.

  15. Bailleul 3 novembre 2015 à 00:45 #

    Ina je trouve t video incroyable et ta facon d’etre remarquablement épurer et simple .j’aime le tont que tu prend pour t’exprimer cella fait seulement deux jours que je te suit sur youtube mais je te trouve genial .ton sourir m’éblouit ,tes yeux me fonts voyager et tes cheveux semblable au rigeurs de l’hiver et aux braises d’un feu ardent .tu vois je ne suis pas loin de mes 17 ans et je ne trouve pas que ce que tu fait attire les personne plus agé que toi mais qu’ils attire seulement les personne ms les plus digne de te comprendre er de t’ecouter .J’aime absolument tout ce que tu fait et je n’arreterais jamais de t’ecouter .je t’aime (poisson faire l’amoure en mars ne me dérange pas )

  16. annecatherineledeunff 3 novembre 2015 à 13:09 #

    « Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse et ne veut-elle pas se guerir? » (Prophete Jeremie, La Bible, Chapitre 15, Verset 18)

    Cher Jeremie,
    Tu dis avec douceur ne pas taimer beaucoup et tu dis surtout ne pas avoir envie de vivre pour toi mais plutot pour les autres. En prenant soin de tes propres blessures tu peux guerir ceux qui souffrent autour de toi. Tu es bien jeune, tu aimes tirer a la kalashnikov dans ces couloirs sordides et ces usines desafectees. Sur qui tires-tu? ces longs couloirs et ces decors deprimant de science fiction est-ce-que c’est un peu le reflet de ton desespoir? Au moins tu te bats et tu triomphes contre tes ennemis fictifs… Je te souhaite de trouver en toi un guerisseur qui te permette de surmonter tes souffances. Lots of love.
    Hyacinthe.

  17. Bullede 3 novembre 2015 à 22:29 #

    Moi aussi je me vois en Jérémie. On est tous des Jérémie et il faut qu’il le sache. On a tous nos doutes et nos hésitations. Nombreux sont ceux de notre génération qui ont ces hésitations à faire le grand saut dans l’inconnu de la vie qui est pleine de surprises (parfois des bonnes, parfois de mauvaises). Bien souvent on avance sans savoir trop pourquoi. Jérémie, lui, se questionne. Trop, peut-être pour certains, intelligemment pour d’autres. J’ai envie de dire à Jérémie, viens. Viens dans la vie, viens dans TA vie.

  18. Mère-Noëlle 4 novembre 2015 à 22:15 #

    Solange te parle.

  19. Sykes 5 novembre 2015 à 19:31 #

    Je pense aussi que ce garçon se cherche, non ?!

  20. Greg-au-riz 6 novembre 2015 à 14:59 #

    Je découvre Solange, et je ne me sens pas trompé sur la puissance comique de cette artiste. Les dialogues, le jeu, le montage; tout est exquis. C’est probablement le meilleur sketch des années 2010 ! Bravo pour la justesse de l’analyse. J’ai hâte de voir le reste.

  21. Martin 7 novembre 2015 à 03:37 #

    Nous étions tous en voyage, quand un brouillard s’approche,
    C’est la forêt des regrets amers, des doutes sans rémissions.
    À gauche, une vielle femme me dit:
    – Ne faites jamais ce que je fis.
    – Qu’est-ce que vous fîtes?
    – Je ne fis rien de ma vie.

  22. Marie 7 novembre 2015 à 19:33 #

    Jérémie!!! Le monde a besoin de ta sensibilité, de ta fragilité et même de ton humour. Cette vidéo m’a émue aux larmes parce qu’on est tous a la recherche de l’acceptation de l’autre, de la reconnaissance de l’autre… mais si on essaye déjà de se reconnaitre soi-même, pour qui on est sans aucun jugement, sans comparaison, sans attente… ca fait déjà beaucoup à l’intérieur. Je voulais juste que tu saches que tu n’es pas tout seul à te sentir comme ça, et qu’on peut être qui on est avec nos blessures, nos sensibilités, nos vérités.
    plein d’amour de Montréal🙂

  23. Nanou 11 novembre 2015 à 17:09 #

    Merci pour cette vidéo, Solange.
    Chez moi, j’ai un clone de Jérémie, il a 27 ans et il aime aussi les jeux vidéo. Il n’a pas de chat mais il taquine sa jeune soeur de 18 and, qui, sur bien des sujets, est bien plus mature que lui. Lui aussi, il voudrait réussir dans la vie et il a peur de ne pas y arriver. Moi, je me demande ce qu’on entend par réussir dans la vie. A mon avis, il faut juste vivre sa vie, sans chercher à plaire aux autres et surtout sans chercher à prouver quoi que ce soit. On n’a rien à prouver !

  24. Pauline 11 novembre 2015 à 18:16 #

    Même si j’apprécie beaucoup tes vidéos, j’avoue être un peu agacée par celle-ci… Dans un sens je comprends complètement sa souffrance et dans un autre je suis énervée. Les parents sont complices de ce genre de situations, parce qu’ils lui donnent trop. A 23 ans, c’est anormal de payer encore le loyer de ses enfants et de leur apporter à manger quand ils ne font rien. Mon copain était comme ça. Quand on s’est installés ensemble, il a donc trouvé du boulot parce que je refusais de payer le loyer toute seule. Et il est sorti de cette léthargie insupportable ! Il lui ressemble beaucoup ce Jérémie🙂 C’est pour ça que je crois en lui… C’est horrible à dire mais quand on a pas le choix parce que financièrement, il faut se débrouiller seul et payer sa bouffe, hé bien on s’en sort ! On regagne confiance en soi, on se sent indépendant, on parle aux gens et on apprécie d’autant plus les moments où on peut se reposer. Allez, on met un grand coup dans le cocotier Jérémie et on arrête de trop s’analyser ^^

  25. Benicourt 18 novembre 2015 à 08:51 #

    Salut Solange, j’ai découvert tes vidéos par un ami (pour le parler « québecois ») et je t’en remercie. Comme je suis un peu « no life » et que j’ai un pote qui s’appelle Jeremy, j’ai regardé cette vidéo: ça tient parfois à pas grand chose… Je vais aller un peu à contre courant, mais je pense que Jeremy est pas loin du vrai quand il dit : »si on ne m’avait pas laissé le choix, j’en serais pas là où je suis ».
    Aujourd’hui, on a beaucoup de choix, mais pour faire faire un choix, il faut déjà avoir une certaine expérience. Prenons le cas du mariage: en Inde, les parents marient leurs enfants encore de nos jours, choisissant la compagne ou le compagnon – pas toujours pour de bonnes raisons, mais il fut un temps où chez nous c’était aussi le cas. Il y avait un lot de malheureux, mais est-ce mieux aujourd’hui ? Les parents ont une certaine expérience, ils connaissent leurs enfants. Pour le travail, c’est aussi le cas. Comment choisir le travail de notre vie avec la faible expérience que l’on a.
    Non, je ne suis pas pour un retour en arrière. Notre société mute et nous avons juste perdu les repères. Les parents sont largués maintenant et ne peuvent pas non plus prendre les bonnes décisions. Mais tourner en cage en jouant à des FPS, c’est l’enfer – c’est juste une prison dorée.
    Jeremy, il faut vraiment que tu arrives à trouver un minimum de ressources au fond de toi pour faire quelque chose de ta vie (et je ne parle pas d’un travail). Mais pour ça, va falloir sortir de ton confort quotidien. Prend des risques, change de vie avant de finir au bout accroché à un plafonnier au milieu de ton salon. La vie recèle de choses extraordinaire: le bonheur n’existe pas sans la souffrance – tu as peur du monde, tu te planques et je peux le comprendre. On n’arrive pas quelque part, sans avoir échoué de nombreuses fois. Il ne faut pas avoir peur de l’échec. Il faut avoir peur d’avoir une vision trop étriquée de la vie, de ne pas avoir des rêves assez grands. Mieux vaut souffrir en ayant les yeux trop grand ouvert que de ne pas avoir de rêve du tout.
    Oui, la société n’aide pas – ce modèle est une abomination. Mais nous n’en avons pas d’autre pour le moment. Et nous ne sommes pas obligés de nous conformer à ce modèle. C’est à nous de prendre notre vie en main.
    Personnellement, j’ai tout quitté à 35 ans : mes deux sociétés, le confort d’une maison, même mes amis… j’ai juste gardé ma compagne. J’ai décidé de prendre 1 an pour faire le point, de partir en voyage avec un camping-car – j’ai aussi acheté un terrain à la campagne. Toutes mes économies y sont passées – le voyage en plus. Je suis arrivé sur un terrain sans eau et sans électricité, sans travail… un terrain à défricher totalement. Cela m’a pris un an pour défricher des parties « habitables ». Maintenant, cela fait 4 ans: j’ai construit ma propre maison en paille, j’ai un petit jardin qui produit peu(la terre est trop pauvre pour l’instant – mais je l’enrichis), je suis devenu créateur de jeux vidéo, j’écris des livres et je les vends par Internet. Je n’ai pas le confort ni le niveau de vie d’avant – mais j’ai tellement mieux: j’ai des chèvres, des poules, des oies, un chien, 2 chattes… Je travaille quand je veux (même si au final, je travail plus de 35H, mais c’est un plaisir). Je joue même à des jeux dans ma maison en paille alimentée par mes panneaux solaires (non mais en plus j’ai EDF depuis😉. Je n’ai pas l’eau courante, mais je récupère l’eau de pluie, je la filtre etc. C’est presque automatisé.
    Bref, c’est pas forcément la vie dont vous rêvez. – Cela a été dur d’en arriver là, j’ai mangé des briques de terre (c’est imagé, mais c’est un peu le cas). A toi Jeremy de trouver ta propre voie – mais tu n’y arriveras pas si tu ne te met pas en danger et si tu ne te décides pas à sortir voir ce qu’est la vraie vie, loin de nos sociétés artificielles et douillettes… douillettes au point d’en devenir un enfer.
    Bonne chance à vous deux.
    PS: au fait, je ne sais pas mais c’était peut-être une vidéo juste pour introduire le sujet. Il existe réellement ce Jeremy ou c’est une sorte de caricature du Geek ? Bon peu importe, car j’en connais plusieurs comme ça, et c’est très proche de la réalité si c’est le cas.

  26. UnderneathSkies 18 novembre 2015 à 15:20 #

    Emue

    • UnderneathSkies 18 novembre 2015 à 15:21 #

      J’ai aussi un Jérémie dans mon entourage. Grâce à ta vidéo je le voie différemment. Merci

  27. karine 19 novembre 2015 à 04:26 #

    J’ai trouvé le vidéo rempli de sensibilité, d’empathie et je m’y suis reconnu. Cependant, j’ai du mal à saisir … Comme il est si bien évoquer dans le vidéo: On est des milliers à ce sentir comme Jérémie. Oui je me sens comme lui à tous les jours. Mais je continue d’essayer, je me casse la gueule, je recommence, je travail, je vais à l’école, parfois je suis trop bourré, j’ai honte, je suis désadapté, je parle trop ou pas assez, je ne sais pas ce que je veux, je tourne en rond, les gens me trouve étrange… mais à force d’essayer parfois je réussi. Je ne réussi pas à faire ce que la société veut de moi. Je réussi à être heureuse, parce que j’essai. Je pense que de rester enfermé à déprimer n’est ni la solution ni la conclusion d’un vie.

  28. caraconte 20 novembre 2015 à 00:36 #

    Je suis vraiment touchée par Jérémie. J’espère vraiment qu’il arrivera à trouver la force en lui pour assumer sa vie. Personnellement, j’ai vécu une période plutôt sombre pendant 10mois, je me suis fait suivre par une thérapie (pas psyochologie ou psychatrie mais bien thérapie), ça a changé ma vie, ça m’a aidé à me forger, à me découvrir. Encore aujourd’hui je continue mon chemin vers la quête de ce que je suis, avec mes défauts et mes qualités, je trouve que c’est vraiment passionnant de se chercher. Je lui envoie tout mon courage ! Il semble être une personne vraiment intéressante et très intelligente (rien que par le fait qu’il se rend compte que sa vie ne lui convient pas et qu’il aimerait changer ça, c’est déjà une chose merveilleuse). Et même si tu ne trouves pas le courage en toi Jérémie ça ne fait pas de toi une personne nulle, jamais.

  29. Moiaussi 27 novembre 2015 à 09:30 #

    « Des fois je pense que je vais retourner chez ma mère vivre dans son garage… »

    Comment un psychanalyste interpréterait-il cela ?

  30. Lin' 5 décembre 2015 à 21:14 #

    Merci Solange de nous faire nous interroger sur nous même. Moi aussi je me demande souvent ou est ma place sur l’organigramme.
    Je le trouve très mimi le garçon même si mal à l’aise avec lui😦
    Tu es là, c’est surement hyper important pour son équilibre.
    Bzoos à vous

  31. Christian 6 décembre 2015 à 21:21 #

    Ce sont tes racines québécoises qui font en sorte que tu es plus ouverte et ne ressent pas le besoin instinctif de juger Jérémie. Jérémie, si tu en a marre d’être catalogué « loser », tu n’as qu’à traverser l’Atlantique et venir t’installer chez tes cousins, nous sommes accueillants, beaucoup moins « chiants » et pas compliqués (ou si peu)… Aucune caste ici, aucune stigmate de l’aristocratie, tout le monde est sur le même pied, excepté les millionnaires, bien sûr, mais ils sont si rares, les chances d’en croiser un sont presque nulles! On pourra même se faire une partie sur Steam, rien de mal à s’encabaner de temps en temps, l’hiver est si long, si froid, il nous pousse au cocooning.

    Solange, j’adore ta nature délurée, instantanée, instinctive et cette générosité de curiosité qui te rend si accessible, qu’on a l’impression de t’avoir toujours connue. Tes vidéos sont « écoeurantes »!

  32. boubou 8 décembre 2015 à 08:59 #

    Il me fait penser à Alfred de Musset… La maladie d’un enfant du siècle… Totalement ancré dans notre système de fonctionnement sociétale, sociale…etc… Alfred de Musset reste un génie…

  33. Garde Bisounours 15 décembre 2015 à 12:19 #

    Message pour Jérémie: si un jour tu sors jusque Paris, je pourrai faire office de Garde de l’équipe Bisounours ( vaillante équipe :)). Prends bien soin de toi, au mieux en tout cas. (ps: pardon pour le tutoiement :$)

  34. maude 18 décembre 2015 à 15:21 #

    Il est beau, il est fort. Tant, qu’il me fait écrire mon premier commentaire sur tes vidéos, que je regarde depuis un an.

    Je les regarde en diligente, surtout quand je vais mal… ça me donne du courage, je me sens moins seule dans mes faiblesses… et surtout je me dis qu’au fond ce que je pense être des faiblesses ne le sont peut-être pas. Car quand je vois tes doutes en vidéos ou ceux de Jérémie, je les trouves, beaux, intelligents, plein de sensibilités… alors peut-être moi aussi?

    Et aussi, Ina, oui Ina, tu m’inspires, Solange me fait du bien par le fait de rendre le doute/les faiblesses belles et toi Ina tu m’inspires, à aller au bout de ses rêves, ses doutes, ses envies et ses expressions (artistiques), ça me pousse moi aussi…

    Bref, vous 3, Ina, Solange, Jérémie, vous me faite du bien alors merci🙂

  35. Mathilde 21 mai 2016 à 21:17 #

    Magnifique, il n’y a que cela à dire.

  36. xav 14 juillet 2016 à 16:59 #

    Témoignage touchant. Merci.
    Jérémie, Ina, vous n’êtes pas seul-es loin de là. Les réseaux de communication nous permettent de sortir de la torpeur tout en restant cloîtré-es à l’intérieur, à l’abri de ce monde effrayant.
    Internet est un monde de culture, de connaissance, d’échanges et de socialisation « virtuel-les ». Cet outil formidable est ouvert à tou-te-s, un espace public de découvertes où l’écran de l’ordinateur devient une fenêtre sur le monde.
    Être nolife ou hikikomori ne veut pas dire qu’on a rien à faire😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s