La guerre dans la tête

16 avr

À force de réfléchir sur les choses, elles n’ont plus de sens.

Une semaine au lit avec Solange

2 avr

Dormir c’est important. Mais combien et de quand à quand ?

Détour par le futur

26 mar

Tentative d’estimation des changements opérés entre mars 2014 et mars 2019, soit 5 ans de vie terrestre.

Déclics culturels qui sauvent la vie

19 mar

Et toi, qu’est-ce qui te [re]donne envie de t’attarder sur cette Terre ?

Je suis bobo et vous emmerde

11 mar

Je pense qu’il était nécessaire ce livre de Laure Watrin et Thomas Legrand ("La république bobo" chez Stock). Accessoirement il m’aura permis de montrer autre chose de Solange.

Ce n’est jamais sans heurts que le buzz opère : parvenir à rejoindre/élargir un nouveau public et aviver du même coup l’aigreur des irréductibles grincheux. Est-ce qu’on s’y fait ?

Ce qui me dérange dans toute cette histoire de bobo, c’est qu’elle génère de la violence et de l’intolérance — dont à mon sens les bobos sont dépourvus ; ils sont maladroits, parfois chiants et perclus de contradictions, mais pas méchants. Le bobo (et je suis consciente que ce mot est très limitatif, mais je l’utilise précisément parce qu’il est le "véhicule" d’une violence énoncée de plus en plus librement, y compris en politique !), le bobo souhaite le bien, voire le mieux. Grosso modo. Arrêtons de lui en vouloir pour ça, merde.

Pour information, voici la définition sensible qu’en donnent les auteurs page 33 :

Un bobo est une personne dont le capital culturel (élevé) a plus de poids que le capital économique (variable) pour déterminer son lieu de vie, et les "valeurs" qu’il considère comme positives ou négatives.

Merci pour ton message si doux.
À lundi !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 711 followers